Skip to content

Marche parkinsonienne, Gondola peut vous aider !

Les troubles de la marche suite à un parkinsonisme ou dans la maladie de Parkinson sont regroupés sous la terminologie de marche parkinsonienne. Ces troubles aggravent le risque de chute et ont un impact direct sur la qualité de vie. Chez Gondola Medical Technologies, notre objectif est d’aider les patients à améliorer leurs capacités de marche et d’équilibre pour une meilleure qualité de vie. Afin de maximiser les effets de notre traitement, il est important de comprendre dans un premier temps les différents aspects de la marche parkinsonienne et dans un second temps comment la thérapie Gondola AMPS peut être une solution efficace.

Marche parkinsonienne

Les principaux symptômes de la maladie de Parkinson sont les tremblements au repos, la rigidité, la bradykinésie (ralentissement des mouvements), l’hypokinésie (diminution des mouvements) et la perte des réflexes posturaux. La combinaison de ces symptômes caractérise la « marche parkinsonienne ». La marche parkinsonienne comprend différentes anomalies de la marche : des perturbations dites continues de la marche, ainsi que des troubles épisodiques (freezing et festination). Les changements continus sont des altérations de la marche qui sont continuellement présentes et constitue un schéma pathologique de la marche. Les perturbations épisodiques se produisent occasionnellement et par intermittence. Ces deux types de troubles de la marche contribuent et aggravent le risque de chutes et réduisent la qualité vie au quotidien.

Troubles continues de la marche

La perturbation continue de la marche est l’aspect le plus simple à étudier dans la marche parkinsonienne puisqu’elle est observable en permanence. Elle a été principalement étudiée grâce à l’observation visuelle, les évaluations cliniques et l’analyse quantitative de la marche. La littérature scientifique, permet de résumer les troubles continues de la marche parkinsonienne comme une diminution de la vitesse de marche, une réduction de la longueur des pas et de l’amplitude des mouvements, une variabilité accrue, un soutien des deux membres plus long (temps avec les deux pieds au sol), une absence de balancement des bras et un contrôle postural altéré. Ces modifications du schéma de marche évoluent aux différents stades de la maladie et peuvent être utilisées comme marqueur biologique de la progression de la maladie.

 

Stade léger
Dans les premiers stades de la maladie, la marche des patients est ralentie et la longueur des pas raccourcie, par rapport aux personnes du même âge en bonne santé. Ces changements ne sont pas spécifiques à la maladie et peuvent être associés à d’autres troubles ou au vieillissement. D’autres troubles sont décrits à ce stade. Le balancement des bras et le bon fonctionnement de la locomotion sont également altérés en raison de la bradykinésie et de l’hypokinésie. Les pas sont asymétriques car la pathologie n’évolue pas symétriquement dans les noyaux gris centraux. La marche est moins automatique, la variabilité est augmentée et la marche en double tâche (par exemple, parler et marcher simultanément) est plus compliquée. La littérature scientifique montre par ailleurs que la mesure de l’asymétrie et de la variabilité de la marche peut être utilisée comme prédicteurs de la maladie de Parkinson et la mesure de la vitesse et de la longueur de pas comme marqueurs de la progression de la maladie.

 

Stade modéré
Au stade modéré de la maladie, les troubles de la marche (observés au stade léger) continuent d’évoluer bilatéralement. Ainsi, l’asymétrie peut être diminuée. Mais la bradykinésie (mouvement ralenti) continue de progresser avec la maladie. À ce stade, il est possible d’observer une marche traînante définie par des pieds qui traînent au sol, une longueur de pas très réduite, une augmentation de la durée des temps d’appuis et du double appui, des mouvements de bras et une rotation axiale réduits.

 

Stade avancé
Au stade avancé, les troubles de marche s’aggravent. L’équilibre et les fonctions posturales sont réduites et le risque de chute grave est élevé. Les fluctuations motrices et les dyskinésies sont présentes chez la plupart des patients et ont un impact négatif sur la marche. L’endurance, la force musculaire et la capacité motrice diminuent davantage et participent à une qualité de vie réduite.

Il a été démontré scientifiquement que la thérapie AMPS de Gondola améliore efficacement les perturbations continues de la marche et peut être utilisée à tous les stades de la maladie. Notre objectif est de maintenir une marche physiologique ou de réduire les troubles de marche associés à un parkinsonisme ou à la maladie de Parkinson. La thérapie Gondola AMPS est une stratégie visant à promouvoir une marche plus automatique et à éviter les stratégies de marche parkinsonienne.

Troubles épisodiques de la démarche

Les troubles épisodiques de la marche sont plus difficiles à étudier car par définition, ne sont pas toujours présents. Ils comprennent la festination, le freezing, les troubles d’initiation et les virages en bloc. Ces troubles peuvent apparaître au stade modéré, mais s’aggravent principalement au stade avancé de la maladie. Quand cela se produit, ces épisodes augmentent considérablement le risque de chute. De plus, l’automaticité de la marche (qui est un marqueur d’un schéma de marche sain) est davantage altérée, ce qui entraîne des problèmes de démarrage de la marche et un contrôle moteur fragmenté. La capacité à tourner est diminuée. Le cou et le tronc des patients restent rigides, ce qui nécessite plusieurs petits pas pour accomplir un virage appelé virage en bloc. Aux stades avancés, les freezings et les festinations deviennent fréquents, l’équilibre et le contrôle postural sont réduits et le risque de chute est important.

 

Freezing de la marche (FOG)
Le FOG est défini comme une incapacité épisodique à générer des pas efficaces : absence ou réduction marquée de la progression antérieure des pieds malgré l’intention de marcher. Elle est le plus souvent ressentie lors de l’initiation, du passage de virages et d’obstacles, de portes, et lors d’épisodes de stress ou de distraction. Ces freezings de courtes durées sont le plus fréquemment observés dans les derniers stades de la maladie de Parkinson (70%) mais peuvent survenir plus tôt dans la maladie. Le FOG est un symptôme moteur invalidant, car il affecte de manière significative la qualité de vie et le niveau d’activité des patients.

Les patients traités par Gondola AMPS ont rapporté une fréquence réduite des épisodes de FOG. Nous menons actuellement un essai clinique avec la collaboration du Dr Barbe, neurologue à l’hôpital UKK de Cologne, pour comprendre l’efficacité de Gondola AMPS pour les patients souffrant d’épisodes sévères de freezing.

 

Les festinations
Les festinations sont décrites comme de petits pas rapides faits pour maintenir le centre de gravité entre les pieds tandis que le tronc se penche involontairement et déplace le centre de gravité vers l’avant. Cela peut être considéré comme une tentative inefficace de corriger l’équilibre et le schéma de marche. Au lieu de faire des grands pas pour rétablir l’équilibre, le patient effectue des pas courts et rapides qui ne sont pas efficaces.

Thérapie Gondola AMPS

La thérapie AMPS (Automated Mechanical Peripheral Stimulation) est une nouvelle thérapie non invasive basée sur des pressions mécaniques sur deux zones spécifiques des deux pieds : la tête du gros orteil et la première articulation métatarsienne.Ces pressions permettent d’améliorer les schémas de marche, l’automaticité de la marche et améliorer les capacités de marche. L’efficacité du traitement AMPS sur la marche parkinsonienne a été documentée dans 11 études cliniques contrôlées portant sur plus de 230 patients atteints de la maladie de Parkinson.

 

Ces études cliniques ont démontré que la thérapie AMPS:
• Améliore les caractéristiques de marche, y compris l’augmentation de la vitesse de marche, l’augmentation de la longueur du pas, la diminution de la variabilité de la marche, la diminution du double appui et la diminution de l’asymétrie de la marche.
• Améliore les capacités de demi-tours et le temps pour un Timed Up and Go associé à un risque réduit de chute.
• Réduit la variabilité de la marche pour les patients présentant des épisodes de freezing.
• Améliore la marche en double tâche.

 

La thérapie AMPS est une opportunité prometteuse de compléter les traitements pharmaceutiques standard et la physiothérapie pour améliorer la qualité de la marche et réduire le risque de chute.

Résumé

La marche parkinsonienne est une combinaison complexe de plusieurs facteurs entraînant une perturbation continue de la marche caractérisée par un mouvement ralenti et réduit et des altérations épisodiques qui aggravent le risque de chutes. La marche parkinsonienne évolue selon les stades de la maladie. Gondola AMPS permet d’améliorer la qualité de la marche et réduit le risque de chutes à tous les stades de la maladie de Parkinson.

Références:

Barbic, F. (2014). Effects of mechanical stimulation of the feet on gait and cardiovascular autonomic control in Parkinson’s disease. Journal of Applied Physiology116(5), 495‑503. https://doi.org/10.1152/japplphysiol.01160.2013

Chaudhuri KR. (2016) Unmet needs in Parkinson’s disease: New horizons in a changing landscape. Parkinsonism & Related Disorders. 2016;33:S2-S8. doi:10.1016/j.parkreldis.2016.11.018

Chen P.H. (2013). Gait Disorders in Parkinson’s Disease Assessment and Management. International Journal of Gerontology, 7(4), 189-193. https://doi.org/10.1016/j.ijge.2013.03.00

Del Din, S. (2019). Gait analysis with wearables predicts conversion to parkinson disease. Annals of neurology86(3), 357–367. https://doi.org/10.1002/ana.25548

Galli M. (2015) Timed Up and Go test and wearable inertial sensor: a new combining tool to assess change in subject with Parkinson’s disease after automated mechanical peripheral stimulation treatment. Int J Eng Innov Technol., 4(11):155-163. ISSN: 2277-3754

Galli. (2018). Peripheral neurostimulation breaks the shuffling steps patterns in Parkinsonian gait: A double blind randomized longitudinal study with automated mechanical peripheral stimulation. Eur J Phys Rehabil Med. 54(6):860-865. doi: 10.23736/S1973-9087.18.05037-2

Giladi N, (2001). Gait festination in Parkinson’s disease. Parkinsonism Relat Disord. 7(2):135-138. doi: 10.1016/s1353-8020(00)00030-4. PMID: 11248595.

Giladi N. (2008). Understanding and treating freezing of gait in parkinsonism, proposed working definition, and setting the stage. Mov Disord, 23(2), S423-S425 doi: 10.1002/mds.21927.

Hausdorff J. M. (2009). Gait dynamics in Parkinson’s disease: common and distinct behavior among stride length, gait variability, and fractal-like scaling. Chaos (Woodbury, N.Y.)19(2), 026113. https://doi.org/10.1063/1.3147408

 

Heremans E. (2013). Freezing of gait in Parkinson’s disease: where are we now? Curr Neurol Neurosci Rep., 13(6):350. doi: 10.1007/s11910-013-0350-7. PMID: 23625316.

Kleiner A. (2015). The Parkinsonian Gait Spatiotemporal Parameters Quantified by a Single Inertial Sensor before and after Automated Mechanical Peripheral Stimulation Treatment. Parkinsons Dis. 2015:390512. doi: 10.1155/2015/390512

Kleiner A. (2018). Automated Mechanical Peripheral Stimulation Effects on Gait Variability in Individuals With Parkinson Disease and Freezing of Gait: A Double-Blind, Randomized Controlled Trial. Arch Phys Med Rehabil. 99(12):2420-2429. doi: 10.1016/j.apmr.2018.05.009

Mirelman, A. (2019). Gait impairment in Parkinson’s disease. The Lancet neurology 18(7), p.697-708 doi: 10.1016/S1474-4422(19)30044-4

Pagnussat A.S. (2018). Plantar stimulation in parkinsonians: From biomarkers to mobility – Randomized-controlled trial. Restor Neurol Neurosci. 36(2):195-205. doi: 10.3233/RNN-170744

Pinto C. (2018). Automated Mechanical Peripheral Stimulation Improves Gait Parameters in Subjects with Parkinson Disease and Freezing of Gait: A Randomized Clinical Trial. Am J Phys Med Rehabil. 97(6):383-389. doi: 10.1097/PHM.0000000000000890.

Quattrocchi C. (2015). Acute modulation of brain connectivity in Parkinson disease after automatic mechanical peripheral stimulation: A pilot study. PLoS One. 10(10):1-19. doi: 10.1371/journal.pone.0137977

Stocchi F. (2015) Long-term effects of automated mechanical peripheral stimulation on gait patterns of patients with Parkinson’s disease. Int J Rehabil Res. 38(3):238-245. doi: 10.1097/MRR.0000000000000120.